À l’occasion de la Fête des Mères, Bonne Maman sort sa première campagne de communication digitale et a décidé de mettre à l’honneur les mamans hyperconnectées.

 

 

Réalisé par l’agence Serviceplan, ce spot de 49 secondes a été dévoilé le 17 mai 2017. Une date stratégique puisque la Fête des Mères a lieu le 28 mai.

 

Les rôles sont inversés

La mère apparaît comme une femme moderne 2.0. Ce sont des nouvelles mamans hyperconnectées, aussi appelé « digital mums ». Elles veulent se mettre à la page en se modernisant et ainsi, se sentir plus proches de leurs enfants. À la pointe de la technologie, ces mères sont munies du dernier Smartphone, avec lequel elles surfent sur les réseaux sociaux et possèdent une communauté de followers.

C’est ainsi, qu’on aperçoit la mère prendre une photo de son cappuccino à la manière des influenceuses. On pourrait s’imaginer qu’elle post ensuite la photo sur Instagram accompagnée des hashtags et émojis qui vont avec.

 

La dextérité de la mère sur son téléphone

La dextérité de la mère sur son Smartphone  –  Source : http://www.packshotmag.com/films/bonne-maman-nos-meres-ont-change-pas-nos-mamans/

 

 

Elle montre aussi une certaine dextérité en tapant sur son Smartphone. Même sa fille paraît surprise de la voir écrire si vite et sans regarder son téléphone.

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors que la fille profite du plaisir de manger son biscuit, la mère se rue sur son téléphone pour immortaliser ce moment. Évidemment, elle prend un selfie avec sa fille, à la manière des adolescentes.

 

 

Une maman éternelle

Le titre de cette campagne, « Nos mères ont changé, pas nos mamans », signifie que même si les mères essayent de changer pour se conformer au monde 2.0, elles ne changent pas tant que ça. Certes, elles se sentent plus jeunes et connectées, mais elles restent avant tout des mamans. Le temps passe, le monde évolue, mais elles n’ont rien perdu de leur tendresse maternelle.

Rien n’est plus précieux que la pause goûter avec sa fille. On a l’impression que c’est une habitude ancrée entre les deux femmes. La fille prépare le café et la mère sort les gâteaux, comme une tradition qui s’est perpétuée.

 

Bonne Maman casse les codes

On a l’habitude d’avoir une image traditionnelle de Bonne Maman, avec des petits carreaux rouge et blanc. C’est tout le contraire de ce qu’a voulu faire passer la marque pour cette campagne. C’est sur un ton humoristique, que Bonne Maman souhaite faire une rupture avec les codes de la marque. Celle-ci se retrouve déjà à travers l’utilisation du noir et blanc. Elle met aussi en place l’exagération publicitaire avec de nombreux slow motion pour donner envie de profiter de l’instant présent. Cette exagération est également favorisée par la musique d’opéra Ouverture du Barbier de Séville de Gioachino Rossini.

On retrouve cependant, la signature de Bonne Maman dans l’écriture manuscrite, pour rappeler l’image traditionnelle et familiale de la marque.

 

 

Bonne Maman souhaite avec ce spot ancrer la marque dans son temps pour rester proche de ses consommateurs et internautes. En cassant les codes de la marque, habituellement traditionnels, elle souhaite redonner une image jeune et dynamique. 

 

 

Véra Colomba